Dom Juan ou le Festin de Pierre - Acte 5, Scène 6

Scène finale. La statue du Commandeur apparaît et le menace d'une mort terrible. Don Juan est soudainement foudroyé de l'intérieur et meurt. Sganarelle, se réjouit de ce dénouement et pour finir sur une note plus légère, se plaint de ne pas avoir reçu son salaire.

La Statue du Commandeur

La Statue du Commandeur
Une statue

Don Juan

Don Juan
Libertin

Sganarelle

Sganarelle
Le valet de Don Juan

Version Moderne

Version Originale

La Statue du Commandeur
Stop, Don Juan, tu m'as promis hier de venir manger avec moi.
Arrêtez Don Juan, vous m’avez hier donné parole de venir manger avec moi.
Don Juan
Oui, où faut il aller ?
Oui, où faut il aller ?
La Statue du Commandeur
Donne-moi la main.
Donnez-moi la main.
Don Juan
La voilà.
La voilà
La Statue du Commandeur
Don Juan, persiste dans le péché et tu subiras une mort terrible. Les grâces du Ciel que l'on rejette ouvrent la voie à la foudre.
Don Juan, l’endurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à la foudre.
Don Juan
Oh mon Dieu, que m'arrive-t-il ? Un feu invisible me brûle, je n'en peux plus et tout mon corps devient...
Ô Ciel que sens-je ? un feu invisible me brûle, je n’en puis plus et tout mon corps devient...
Sganarelle
Mes gages ! Mes gages ! Maintenant que ce Don Juan est mort, tout le monde est satisfait. Le Ciel est apaisé, les lois sont respectées, les filles ne sont plus séduites, les familles ne sont plus déshonorées, les parents ne sont plus outragés, les femmes ne sont plus maltraitées, les maris ne sont plus poussés à bout. Tout le monde est content, sauf moi, je suis le seul malheureux. Mes gages, mes gages, mes gages !
Ah mes gages ! mes gages ! voilà par sa mort un chacun satisfait, Ciel offensé, lois violées, filles séduites, familles déshonorées, parents outragés, femmes mises à mal, maris poussés à bout, tout le monde est content, il n’y a que moi seul de malheureux, mes gages, mes gages, mes gages !
Molière
Écrit par Molière Follow